De Juillet à Octobre... les prunes

8 Français sur 10 sont capables de citer une variété de prune spontanément, 80 % des citations concernent les variétés traditionnelles : Quetsche, Mirabelle, Reine-Claude et prune d’Ente - qui après transformation devient le pruneau d’Agen.

Jaunes, vertes, rouges ou bleues, elles sont appréciées par près de 39 % des ménages qui en consomment 2 ,2 kg en moyenne par an. Alliées fraîcheur, désaltérantes, pratiques car elles se croquent directement à la bouche et déploient une grande richesse de saveurs. Cuisinées en tartes, flans, confitures, elles se prêtent aussi avec subtilité aux préparations salées.

https://stock.adobe.com/ - ©Mara Zemgaliete

https://stock.adobe.com/ - ©Mara Zemgaliete

En France, la production nationale se concentre principalement dans les régions :
▪ Midi-Pyrénées avec 61 %
▪ Provence- Alpes-Côte d’Azur : 12 %
▪ Rhône : 8 %

En Europe, les plus gros producteurs sont la Roumanie, la France et l’Espagne.
Dommage, la pleine saison est courte : elle dure 4 mois de juillet à octobre compris.

Données : Kantar 2020

Clin d’œil : Pourquoi parle-t-on de ‘’prune’’ lorsque l’on écope d’une amende ?
Le rapprochement entre la contravention et ce fruit tire ses origines au Moyen Age. Il fait référence à un coup qui fait mal, la prune désignant depuis le XIVe siècle un coup de poing ou de pied.
L’utilisation de noms de fruits pour signifier des heurts était en effet très courante, comme en témoignent pêche et pruneau, des synonymes nés à la même époque et toujours employés de nos jours.
L’association des prunes au PV est apparue dans le courant du XXe siècle. Familièrement, on dit qu’on a pris une prune.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Kantar Worldpanel © 2018 -  Hébergé par Overblog