Superettes de quartier : le retour

Publié le par Le Blogeur KW

En 1958 le premier hypermarché (magasin + parking) apparaissait en France, laissant sur le bas côté les pauvres supérettes de quartier, mais serait-ce leur revanche aujourd’hui ?
Elles sont mignonnes ces nouvelles supérettes1 qui fleurissent partout dans nos quartiers : taille humaine, variété des produits, ouvertes tard le soir et en prime la caissière vous dit bonjour !
Les prix : sans doute un peu plus chers, mais comme on s’en tient à notre liste2, la tentation sera moindre, donc l’addition moins salée.
Les consommateurs seraient-ils blasés d’arpenter les interminables allées des supermarchés, en achetant plus que prévu, tout en priant que leurs yaourts n’aient pas déménagé, car sinon c’est une heure supplémentaire comme à chaque fois qu’ils ont la bonne idée de tout déplacer.
Avec les caisses automatiques, les Drive3, le e-commerce, on pensait aller vers une certaine «déshumanisation», eh bien il semblerait que non. Serait-ce l’ébauche d’un retour aux véritables contacts ?
D’ici à ce que l’on revoit le boulanger faire sa tournée en camionnette il n’y a pas loin, ou pourquoi pas, comme au Vietnam, des marchands vendre leur soupe, faite maison, dans les rues ? Et vous verrez, ils trouveront cela formidable.

Superettes de quartier : le retour

En 2013, les magasins de proximité alimentaires comptaient plus de 23.267 points de vente en France. Source : MédiaCom le 21/05/2014.Les magasins de proximité c’est 13% du marché de l’alimentaire.

Les Parisiens dépensent 428 euros par ménage et par an contre 218,50 pour les Provinciaux. Source : Kantar Worldpanel Juin 2014.
3Le Drive représentent 5% des ventes, mais progresse moins qu’en 2013. Source Kantar Worldpanel Juin 2014.

 

Publié dans Societe

Commenter cet article

leelas 01/11/2014 15:28

ce qui serait bien c'est que les théories et extrapolations de cet article soient une réalité dans les petits villages ! si les supérettes reviennent en ville (on se demande bien pourquoi), le passage des marchands a depuis longtemps été oublié des campagnes, là où ça serait le plus utile... j'habite à 1,5 km du village, sans voiture et sans possibilité de se faire livrer à domicile car même les hypers-supers ne se déplacent pas dans mon coin !!! quant à la soupe ou toute autre cuisine faite maison... même pas en rêve ! les services d'hygiène y trouveraient forcément à redire !!!

david54 30/10/2014 16:02

La supérette est plus convivial que les super ou hyperchés, le seul bémol reste le prix souvent trop cher, dommage, c'est pour moi ces différences de prix qui tuent nos petits commerces.